Contre-indications

Publié le par tpe

>

CONTRES INDICATIONS




L’aspirine est un médicament dont les indications multiples sont limitées par un certain nombre de contre-indications.

Tout d’abord il existe des intolérances gastriques. En effet, le véritable facteur limitant l’emploi de l’aspirine réside dans sa toxicité gastrique : elle peut provoquer des douleurs, des vomissements et des nausées. En irritant la muqueuse gastrique, l’aspirine provoque fréquemment des saignements occultes. À doses élevées, l’aspirine peut favoriser des hémorragies digestives extériorisées, résultant soit d’une ulcération de la muqueuse gastrique, soit de l’aggravation de lésions préexistantes comme un ulcère gastro-duodénal, une hernie hiatale ou un cancer.

Les petites hémorragies gastriques dues à l’aspirine ne sont souvent décelables que par examen microscopique des selles. Elles peuvent à long terme entraîner une carence en fer, et cela d’autant plus qu’à long terme l’aspirine contribue à abaisser le taux de fer plasmatique.

La principale cause de cette action irritante sur la muqueuse gastrique est l’inhibition de la formation de la prostaglandine (à partir de l’acide arachidonique) dont le rôle protecteur de la muqueuse gastrique est universellement reconnu. De plus, l’aspirine diminue la production de mucus par le système digestif en réduisant le nombre des cellules chargées de secréter la mucine protectrice.
Pour remédier à cela l’aspirine existe sous deux formes : les formes solubles et les formes entériques.
Les formes solubles passent plus rapidement dans le sang, ce qui réduit son temps de contact avec la muqueuse gastrique, ces formes sont mieux tolérées et présentent une efficacité thérapeutique plus précoce.
Les formes entériques, l’aspirine se présentent sous l’aspect de comprimés enrobés dans une pellicule qui résiste à l’acidité gastrique, de ce fait l’acide acétylsalicylique n’est absorbé qu’au niveau de l’intestin grêle.


L’aspirine peut aussi avoir des effets indésirables sur la coagulation sanguine. En effet, l’aspirine induit une prolongation du temps de saignement en inhibant l’agrégation des plaquettes sanguines, un des éléments contribuant à la formation du caillot sanguin. Une seule dose de 0.65g par jour a pour effet de doubler le temps de saignement chez les personnes normales. Cette action peut persister 4 à 7 jours après la prise. Des doses successives de l’ordre de quelques dizaines de milligrammes réduisent déjà l’agrégation des plaquettes. Donc, ce qui peut être un avantage chez les sujets à risques de maladies cardio-vasculaires devient un inconvénient en d’autre circonstances : risques d’hémorragies digestives, cérébrales, ou génitales (hémorragies en période de règles).


L’aspirine a aussi beaucoup d’autres signes d’intolérance comme les éruptions cutanées et oedèmes. Ou bien des manifestations respiratoires, obstructions nasales, crises d’asthme dues à l’effet broncho-dilatateur des prostaglandines. Ou encore des troubles auditifs dont la première manifestation sont les acouphènes (bourdonnements d’oreille), des doses élevées et prolongées peuvent entraîner une surdité par atteinte du nerf auditif, dans ces cas-là, l’arrêt de la prise d’aspirine entraînera une régression rapide des troubles.
Les effets toxiques sur le foie ou sur les reins sont rares et uniquement sur des sujets très fragiles.


L’ acide acétylsalicylique peut être l’ une des causes d‘ une maladie très grave décrite pour la première fois en 1963 par le chercheur australien Ralph Reye, ce syndrome n’ atteint que les enfants et les adolescents et survient après un épisode infectieux du à un virus (varicelle ou grippe). Il se manifeste par des troubles neurologiques et hépatiques gravissimes, l’évolution est funeste dans 40% des cas et des séquelles neurologiques sont observées chez la moitié des survivants. Heureusement, la fréquence du syndrome de Reye est très faible : 600 à 1200 cas par an aux Etats-Unis, 60 en Grande-Bretagne et 10 en France.


Il faut savoir aussi qu' absorbée de façon chronique pendant une grossesse, l’aspirine peut prolonger la durée de la grossesse et augmenter la durée du travail lors de l’accouchement.

 

 

Publié dans Effets sur l'homme

Commenter cet article

on a francais 16/05/2017 09:54

on a francais

.bjno 16/05/2017 09:45

tyui

. 16/05/2017 09:44

merci

.merci 16/05/2017 09:44

merci